Ma première fois avec Mother India

ecolier en rickshawJe venais juste de terminer mes études et de signer pour mon premier boulot à Dublin. Deux mois après, le projet sur lequel je planchais ne fonctionnait pas. Or il était fait pour moitié en Inde. Mon patron me demande si je suis O.K. pour y aller avec un collègue pour deux semaines. Je dis oui sans hésiter et après deux piqûres et un visa, me voici avec mon collègue dans l’avion en partance pour Delhi. Premier vol long courrier, je suis un peu comme un gamin qui découvre un truc tout nouveau. Nous arrivons à Delhi à 2h du matin et à la sortie de l’aéroport, ce n’est pas une claque qui nous accueille mais plutôt un coup de massue, ou un coup de patte d’éléphant pour faire local. Nous somme abasourdis, désorientés, l’impression d’être seuls hors du confort douillet de notre monde à nous.

CalcuttaDevant nous, un chaos inimaginable pour les deux ingénus que nous sommes. Un monde dont les clefs nous échappent complètement. Dans la chaleur moite de la nuit, une foule nous tombe dessus. Un taxi, qui forcément va nous arnaquer, nous amène à notre hôtel. Dans les rues mal éclairées, des chiens errants, des vaches au milieu des rond-points, des sans-abris qui campent sur les trottoirs. Évidemment nous nous attendions à un certain dépaysement et une certaine pauvreté mais rien ne nous avait préparé à ça. Nous étions deux blanc-becs perdus dans la nuit indienne.

Les deux semaines qui suivront seront bien trop chargées en travail pour pouvoir décoder le mystère indien. Durant le vol retour, mon collègue accueillera notre atterrissage à Dublin par un « ça fait du bien de revenir à la civilisation ». Moi je n’aurai qu’une hâte, retourner voir Mother India en espérant aller au delà du choc de cette première rencontre. Prendre le temps de décoder, d’élucider le mystère, de comprendre ce qui s’y passe. D’où vient cette énergie folle, cette vitalité qui semble diriger cette nation.

Calcutta,-pousse-pousseC’était en 1997. J’y retournerai peu de temps après avec cette fois mon sac à dos. Et depuis je n’aurai de cesse de voyager autant que possible, dont une année sur les routes entre la France et le Cambodge en repassant bien évidemment dire bonjour à Mother India.

N’hésitez pas à venir partager mes aventures à travers mes photos et quelques récits, mes clics et mes déclics à travers le monde, sur mon blog, One Chai : http://onechai.fr

Publicités

À propos Chrissand
On est un couple de voyageurs des 4 coins du monde qui vous proposent tous nos bons plans et conseils pratiques pour voyager en toute tranquilité.

One Response to Ma première fois avec Mother India

  1. Ping : Ma première fois avec Mother India | carnet de voyage | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :